Les 12 coups de minuit par le Passeur

10 mai 2020 par , Pas de commentaire

Les 12 coups de minuit

Publié le 8 mai 2020 par Le Passeur

 Prenez ça si vous préférez comme un simple scénario.

La situation est rendue volontairement confuse pour insinuer les doutes chez les plus éveillés et détourner l’attention des plus endormis. Les pénuries sont organisées et les déclarations contradictoires des pouvoirs publics, allègrement relayés par les médias aux ordres et commentés avec force d’experts de papier, servent la peur pour orienter les masses.

Si bien qu’on se rend compte que partout dans le monde les chiffres annoncés pour les cas d’infection et de mortalité du COVID-19 sont non seulement très surévalués vu les méthodes de calcul utilisées, mais également très faibles, en-dessous de 1 % pour ce qui est de la mortalité. Pour la contagion, c’est à l’heure actuelle impossible à dire, mais elle semble assez moyenne et les tests n’ont en réalité aucune valeur (voir ce document). Plus de 90 % des morts ont plus de 70 ans et pour l’ensemble, y-compris les plus jeunes, souffraient déjà de pathologies problématiques, qui est la raison de leurs décès, mais qu’on a tous attribués au coronavirus.

Nous sommes donc dans la plage des effets naturels d’un virus classique d’Influenza, autrement dit la grippe, dont d’ailleurs on n’a pas fait état cette année. Sans doute était-ce son année sabbatique.

Pour comparaison, notez qu’en France, début 2018 sur une période plus courte, il y a eu 18.000 décès en raison d’une grippe virulente dont on a alors bien peu parlé et pour laquelle on n’a pas confiné la moitié de la planète. En Janvier 2017 seulement, 15.000 personnes sont mortes de la grippe (18.000 début 2016) et les services d’urgences et funéraires étaient déjà débordés sans que le président ne prenne les pleins pouvoirs… De quoi relativiser non ?

A côté de cela, les décisions politiques prises en France, sur le strict plan sanitaire, n’ont aucun sens. L’avenir le dira, mais selon nombre de médecins et infectiologues, c’est aussi inefficace que pervers puisque cela pourrait faciliter rapidement une seconde vague d’épidémie, due au fait qu’il n’y a pas eu d’immunisation de groupe comme cela se passe d’ordinaire pour une grippe par exemple. La Suède n’a d’ailleurs rien changé à ses habitudes et n’a pas plus de morts qu’ailleurs, ce sont les faits, le confinement n’a servi à rien (voir ICI).

Toutefois, on a contraint le pays durant presque 2 mois en agitant l’épouvantail d’un virus pour le moment banal, mis à genou l’économie nationale puisque ce sont près de 40% des PME qu’on estime pouvoir mettre la clé sous la porte, créé une situation de misère à venir dans les mois qui vont suivre, tout en exportant vers l’étranger nos stocks de blé, là où d’autre pays font des réserves en prévision de ce qui va arriver, Russie en tête, 1er exportateur de céréales au monde qui vient de cesser prudemment ses exportations.

On nous assène politiquement et médiatiquement l’idée qu’on soit en «guerre», martelant au quotidien la rengaine du président, qui a prononcé 6 fois le mot dans un même discours aux français. Mais au simple regard des faits, observables par chacun, contre qui les gouvernants ont-ils vraiment déclaré la guerre ?

Reste la question de la Chine. Ce qu’il s’est passé à Wuhan entre Février et Avril, ajoute à la confusion. Suffisamment de témoignages et d’images sont sortis du pays avant que le parti communiste chinois n’ait muselé les réseaux sociaux et les lanceurs d’alerte pour entendre qu’il y a eu là-bas beaucoup de morts. Alors pourquoi là-bas ? Et quelle est la part du virus dans cette histoire ?

C’est là qu’il faut commencer à soupçonner que malgré l’incompétence de nombre de politiques en bien des domaines, il ne sont pas pour autant des idiots, mais davantage des pantins aux ordres. Ce n’est pas la même chose, car cela signifie qu’ils savent ce qu’ils font et que les décisions apparemment stupides ne sont pas toutes le fruit d’errances mais l’exécution d’un plan pré-établi. Et que derrière eux, des gens intelligents et malveillants, servant leurs intérêts personnels, ont conçu un agenda qui à la vérité, pour le moment, se déroule impeccablement selon leurs attentes. Je dis bien, pour le moment.

Si vous voulez bien me suivre dans ce scénario, admettez en préambule que ce coronavirus n’est qu’un miroir aux alouettes. J’ai pensé au tout début qu’il était la cause de ce qui se passait à Wuhan. A présent je suis persuadé qu’il y est seulement lié, et je vais expliquer en quoi, mais que la cause réelle de ce qui s’est passé à Wuhan et nulle part ailleurs dans le monde à cette échelle a été causé, volontairement, par les ondes. A une moindre échelle, pour le moment, ce scénario concerne toute la planète dans la mesure où les trains de satellites d’Elon Musk que l’on voit passer au-dessus de nous avant qu’ils ne se déploient sur leurs positions vont quadriller la Terre entière, 42.000 satellites prévus au total ! Comment en passant peut-on autoriser un homme à s’approprier le ciel et y faire ce qu’il veut ?

Tous les virus et bactéries sont réactifs aux ondes. Et chaque grande épidémie a été liée à un changement d’ordre électrique et électromagnétique d’envergure sur la planète (voir ICI).

Ce que je pense et qui est confirmé en partie par la preuve de son caractère artificiel, c’est que le COVID-19 a été créé comme une arme de guerre, pour le moment en veille, pour servir plus particulièrement d’interface à plusieurs fréquences d’ondes selon les besoins des gouvernants de l’ombre.

Le déploiement mondial en accéléré de la 5G, facilité en France durant le confinement (voir ICI), va permettre d’utiliser une grande palettes de fréquences jusqu’à apparemment 100Ghz. Ce déploiement est le principal problème auquel est confronté la population mondiale. Pas le virus, qui n’est que son interface. Sans ces ondes il ne fera rien. La 5G, puis la 6G à venir, sont les éléments-clés de cet agenda, sans lesquels ne seraient pas gérables l’identité numérique rendue possible grâce à la nanopuce infiltrée dans les vaccins conjointement à la biométrie (voir ICI), l’interface COVID-19 et la manipulation des populations via les ondes (voir ICI). L’I.A. qui gérera en temps réel ces informations et prendra des décisions via ses algorythmes a besoin de ce débit.

Comme toujours dans la stratégie du choc utilisée, l’agenda est multi-couches. Le COVID-19 est donc le miroir aux alouettes moderne d’un pouvoir global, qui couvre par étapes plusieurs événements plus ou moins visibles, dont je vais entamer, pour la France (mais c’est dupliquable), une liste non exhaustive dans l’ordre possible où elle pourrait se dérouler, tout cela bien sûr au nom de la sécurité et pour le bien de tous :

– Prendre les pleins pouvoirs et gouverner par ordonnances en faisant passer des lois et des décrets liberticides sur lesquels on ne reviendra pas ou peu en arrière par la suite. Un Patriot-Act à la française, comme aux USA au lendemain du 11 septembre. C’est fait.

– Autoriser le déploiement des antennes 5G partout sans qu’aucun contrôle ne soit plus exercé par qui que ce soit ni que les communes soient prévenues. C’est opérationnel depuis la 6ème ordonnance du 25 Mars.

– Tester dans un premier temps la soumission des populations en fonction des cultures à travers le monde. C’est en cours.

– Habituer les citoyens à la surveillance accrue par la technologie (drones, caméras, traçage numérique, etc.) et les contrôles de police. C’est en cours.

– Dans un second temps repérer et identifier ceux qui sortent du rang : lanceurs d’alerte, chroniqueurs, penseurs, leaders d’opinion, citoyens rebelles, etc. On en est au début.

– Ramener la situation sociale en général et plus particulièrement les droits des travailleurs à son état d’avant-guerre. C’est fait.

– Effondrer l’économie qui avait entamé sa chute irrémédiable les 9 et 12 mars par des crises boursières majeures, pour lesquelles l’injection quotidienne de centaines de milliards d’euros et de dollars était devenue inefficace. Masquer l’effondrement d’un système démentiel grâce au virus était le leurre idéal.

– Créer ainsi d’ici la fin de l’été des troubles sociaux majeurs grâce aux conséquences humaines de l’effondrement économique et à la misère grandissante. Des problèmes d’approvisionnement alimentaire pourront s’en suivre et il suffira grâce à la technologie existante de favoriser des problèmes climatiques et un hiver froid pour que la fin de l’année soit particulièrement rude.

– Justifier une répression brutale et accrue en raison des manifestations qui se créeront malgré l’interdiction de manifester, ainsi que la naissance de la désobéissance civile. Les gouvernants parlent déjà de cette interdiction de se rassembler. Toujours pour le bien de tous.

– Inciter et favoriser la délation, comme c’est déjà le cas ailleurs. A noter qu’en Angleterre la police de je ne sais plus quel comté, incite les gens à dénoncer dans leurs familles et leurs proches ceux qui tiennent des propos « complotistes ». Toujours diviser pour mieux régner.

– Cibler via des ondes à 60Ghz un certain nombre de manifestants qui mourront alors sur place par une désoxygénation brutale de l’organisme, comme on l’a vu à Wuhan. On incriminera alors la propagation du virus et le risque insensé que font prendre les manifestants aux bons citoyens. A noter que d’autres fréquences peuvent être utilisées qui auront d’autres effets. Toutes ces armes existent, si vous en doutez, voyez ICI et cherchez par vous-mêmes.

– Séparer les gens en maintenant des distances « sanitaires », séparer les familles en retirant ceux testés positifs au virus. Des déclarations en ce sens ont déjà été faites par le gouvernement. Rien n’empêchera de les choisir sur des critères politiques puisque les tests ne testeront pas le virus. On connaît les programmes MK Ultra. Que se passera-t-il alors pour les gens qui seront isolés ?

– Séparer les enfants de leurs familles. Oui oui, vous m’avez bien lu. Ça aussi on en parle déjà ou on commence à y faire allusion en expliquant comment les enfants sont les porteurs sains les plus dangereux. A rapprocher des propos de la reine d’Angleterre il y a quelques semaines sur la douleur d’accepter comme pendant la guerre que parents et enfants soient séparés, mais aussi à ceux du Pape qui a invité le 14 Mai 2020 «tous les gens de bonne volonté» à réfléchir à un nouveau système d’éducation des enfants dans «notre grand village global» qu’est le monde. Certains avancent que cette date du 14 Mai balise le début officiel du Nouvel Ordre Mondial.

– Généraliser la pose de caméras de surveillance, comme c’est déjà le cas à Nice, sous prétexte de surveiller le respect des règles sanitaires.

– Dépister puis vacciner la population volontaire dans un premier temps, celle qui a peur, puis rendre obligatoire cette vaccination pour les récalcitrants. Le vaccin sera inefficace comme la plupart des vaccins (il y a une infinité d’études indépendantes qui le prouvent depuis des lustres et Pasteur lui-même l’a reconnu à la fin), mais il aura pour fonction d’introduire la nanopuce dont rêvent certains personnages bien connus qui militent en ce sens et bien sûr, affaiblir l’organisme.

– Déployer l’identification numérique des individus via cette nanopuce, le traçage téléphonique et la biométrie via la surveillance vidéo. Il s’agit de pouvoir espionner chacun quoiqu’il fasse et où qu’il aille. Le traçage téléphonique est déjà presque opérationnel en France. Je suis de ceux pour qui il importera de le refuser, lui ou tout autre alternative imposée, comme les bracelets électroniques. Car une fois cette porte ouverte, elle ne se refermera plus.

– Introduire un revenu universel pour répondre à la situation de désastre économique et social, mais bien loin du revenu universel tel qu’il aurait pu idéalement être, si promu par des gens bienveillants qui en auraient saisi le formidable potentiel. En ce cas, l’individu sera alors tributaire d’un état dictatorial.

– Introduire une monnaie numérique monopolistique, probablement mondiale. Il n’y aura plus de billets. Ainsi le contrôle sur les ressources et l’approvisionnement de chacun sera total.

– Introduire un système semblable au « Crédit Social » chinois. Cela consiste à distribuer de bons ou de mauvais points aux citoyens, en fonction de quoi ils auront ou non accès à certains services et au droit de se déplacer (voir ICI).

– Exercer la peur du virus tout au long de ce processus afin de pouvoir en assurer sa réalisation et la soumission de ceux qui céderont à cette peur. C’est là que par les ondes on pourra l’activer de différentes façons en fonction des fréquences utilisées et dispensées par le réseau de dizaines de milliers de satellites en train de se déployer, afin de gérer au mieux les besoins du moment du pouvoir dictatorial.

C’est pourquoi j’ai écrit depuis le début que ce virus est un cheval de Troie. A la différence près qu’il est réutilisable autant de fois que nécessaire tant que les gens n’ont pas compris ce à quoi il sert et ce qu’il masque.

Car les ondes sont déjà à l’œuvre et je le redis, elles sont la seule vraie urgence. Si le déploiement des antennes 5G ou des satellites dédiés cesse, le plan que je viens de décrire tombe à l’eau. Les pantins politiques qui servent les intérêts obscurs que j’ai déjà décrits, dernièrement dans Les chevaux de Troie de la Matrice,  n’auront plus le pouvoir de mettre en œuvre leur plan de contrôle des populations et de connexion des individus à l’intelligence artificielle.

Notez qu’un manque léger d’oxygène peut causer une acidification de l’organisme. Cela pourrait être la cause des nombreux maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires de type courbatures, dont font état beaucoup de personnes à l’heure actuelle. De même qu’un manque plus important d’O2 expliquerait très bien l’état pulmonaire de ceux qui sont morts soit-disant à cause du virus. Plusieurs médecins dans plusieurs pays l’ont dit : ils avaient les poumons de personnes qu’on aurait déposé au sommet de l’Everest sans acclimatation et sans oxygène. C’est pour eux une affection du sang et non une affection pulmonaire. Le fiasco médical suit peut-être de près le fiasco politique.

Seule aujourd’hui, tant qu’elle est encore possible, l’information et sa circulation peuvent amener le peuple à se réveiller et à dire NON. Puis à dégager toute la clique des différents pouvoirs en place, à juger ceux qui doivent l’être par un tribunal international créé pour cela, composé de juges intègres, car trop de crimes contre l’humanité ont été perpétrés au fil des décennies, enfin établir un nouveau type de gouvernance, respectueux du Vivant, soucieux des équilibres naturels et ne laissant nulle forme de vie sur le bord de la route, nulle part dans le monde.

Il reste peu de temps pour cela et chacun aura son rôle à jouer là où il se situe le mieux. Il y aura peut-être des heures ombres où tout semblera perdu. Il ne faudra pas céder au découragement, à la peur, car il y aura tout à perdre à le faire. Ne doutons pas que sans une détermination à se libérer totalement, il n’y aura pas d’issue favorable. Personne ne viendra nous sauver, autre que nous-mêmes. Mais lorsque l’humanité se sera autodéterminée à se libérer et vivre en paix, lorsque qu’elle aura prouvé par le positionnement de chacun en soi cette détermination, qu’elle aura renversé sans haine les dictateurs et autres psychopathes et qu’elle se rendra soucieuse de restaurer la biodiversité, alors l’aide extérieure se manifestera.

Fraternellement,

Le Passeur – 8 Mai 2020 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

 

Laisser un commentaire

Pierre ARMENGAUD - Régine R... |
gregorjonc |
toutstar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Firmennetzwerk
| nyotayamsanii
| twitocce